jeudi 28 février 2013

Le cahier des mots perdus de Béatrice WILMOS

Belfond, 10/01/2013, 214 pages.
Lu du 23 au 28 février 2013.
 
Marseille, septembre 1940 : Blanche est prise dans une rafle et sa fille Jeanne se retrouve seule dans une chambre d'hôtel. Alors qu'elle guette le retour de sa mère, l'enfant cherche à comprendre, assaillie par les images et les souvenirs.
Ainsi se dessinent l'histoire de Thomas, l'ami allemand qui a fui l'Allemagne nazie et s'est réfugié en France, et celle de Blanche, amoureuse de lui depuis l'enfance. Jeanne tente de reconstituer un puzzle plein d'ombres et de silences, le lien mystérieux entre une femme passionnée et un homme usé par l'exil.

Mon avis : Un récit à trois voix, le narrateur, Jeanne la fille et Blanche la mère. Sur fond de Seconde guerre mondial, ce livre retrace très justement et avec le regard d'une enfant sur des évènements qui la dépasse les amitiés, les amours et les relations tumultueuses des protagonistes. Au fil des pages, on sent le mistral s'engouffrer dans nos cheveux, le parfum des fruits cueillis à maturité; on devine le calme du sud au zénith de l'été, les éclats de voix d'un repas au soleil, de ceux des disputes; les mots jetés sur le papier comme une dernière confession à son enfant... Loin de la barbarie de cette guerre, ce livre raconte les destins croisés, les rêves brisés et les relations impossibles des jeunes de l'époque, car en quelque sorte, à différents endroits, un semblant de vie à continuer au travers de cette difficile période.

Avec le mot "cahier", je valide la catégorie Objet du Challenge Petit bac 2013.