dimanche 28 avril 2013

Celui qu'on ne voit pas de Mari JUNGSTEDT

Le livre de poche, 10/02/2010, 442 pages.
Lu du 26 au 28 avril 2013.
 
Après s'être disputée avec son compagnon lors d'une fête dans leur maison de campagne, Helena Hillerström sort promener son chien le long de la plage. Bientôt, cernée par un épais brouillard, elle sent qu'on la suit. Quelques heures plus tard, elle est retrouvée morte, tuée à coups de hache. Frida Lindh, une jeune mère de trois enfants, quitte le bar où ses amies et elle se rencontrent régulièrement. Malgré la nuit et les quelques verres de vin qu'elle a bus, elle prend son vélo pour rentrer à la maison. Les rues sont désertes. Elle est seule. Non. Pas seule. Une ombre la suit. Celui qu'on ne voit pas. Le commissaire Anders Knutas et son équipe mènent une longue et difficile enquête sous la pression des médias. Quel est le lien entre ces deux jeunes femmes ? Knutas doit au plus vite découvrir le mobile du meurtrier avant que celui-ci ne frappe de nouveau.

Mon avis : Difficile de lâcher ce livre tant on est pris dans ces courts chapitres qui s'enchaînent les uns après les autres !!! Malgré une histoire somme toute basique, l'auteur s'en sort avec une plume agréable, une fluidité qui accroche. J'ai beaucoup pensé à La maison de pain d'épices. Un bon thriller donc made in Suède, mais bien loin des paysages enneigés et des jours raccourcis, ici c'est la chaleur qui envahit les pages d'un début d'été prometteur. Je regrette cependant une fin plus étoffée et moins rapide.