jeudi 29 mai 2014

La mort en rouge de Pierre GAULON

City, 08/05/2013, 294 pages.
Lu du 25 au 28 mai 2014.

Des coups frappés à la porte, comme autant d'appels au secours. A travers le judas, Clément Danver a juste le temps d'apercevoir un homme se jeter du haut de cinq étages. Selon toute vraisemblance, l'homme s'est suicidé. Sauf que Clément a cru voir, un instant, une autre silhouette. Une femme spectrale à la chevelure maculée de sang. Sans doute a-t-il rêvé ? Mais le policier envoyé sur les lieux a lui aussi des doutes sur le suicide. D'autant que la mystérieuse « fille aux cheveux rouges » semble bien réelle. Elle laisse même des cadavres partout où elle passe ? De sombres secrets enfouis depuis la Seconde guerre mondiale ne tardent pas à ressurgir. Pour certains, la vengeance est vraiment un plat qui se mange froid. Quand les secrets de passé reviennent nous hanter ?

Mon avis : Roman historique, histoire de fantôme, polar, Pierre Gaulon mélange très habilement les genres et offre au lecteur un voyage dans le temps dont la destination finale lui échappe complètement.
Le récit commence pendant la Seconde Guerre mondiale et un chassé-croisé s'engage entre deux histoires, deux époques mais liées d'une façon ou d'une autre. C'est aux côtés d'une jeune enquêtrice que le lecteur découvre pas à pas l'histoire de cette jeune femme aux cheveux rouges. Personnage central du livre, l'auteur ne lui laisse peu la parole pour encore plus de mystère...
Chaque famille cache ses secrets, certains évènements en créent sans qu'il soit possible d'y échapper... car parfois c'est l'Histoire qui vous rattrape. Mais la mort promet toutes les délivrances et rares sont ceux qui arrivent à emmener leurs secrets dans la tombe.
La plume de Pierre Gaulon vous embarque tout de suite dans son univers et l'on se laisse happer bien volontiers et avec peu de réticences (si ce n'est les impondérables du quotidien, que l'on mettrait bien sur pause pour déguster ce roman à la hauteur qu'il mérite).
Les points de vue de chacun des personnages dévoilent une intrigue magistralement pensée et couchée sur le papier. On ne peut que se hâter de tourner les pages pour en découvrir le final qui amènera le lecteur bien au-delà de sa première impression.
La vengeance nait du mal mais jusqu'où peut-elle aller ? Est-elle un mal suffisant pour réparer le mal commis au départ ? Tant de questions que je vous laisse à la réflexion après lecture...


Plus d'info sur le site de Pierre Gaulon.