lundi 23 novembre 2015

Entre chien et loups de Sophie DUJARDIN

CreateSpace Independent Publishing Platform, 03/09/2015, 104 pages
Lu du 22 au 26 octobre 2015

C'est l'histoire d'un chien, et c'est une tranche de vie à travers le regard de ce chien. Une famille qui vit et qui meurt. Un cancer qui exulte. Des souffrances qui divisent. Une famille qui se brise. Des portraits au vitriol. La douleur de l'humain sous les yeux innocents d'un chien fidèle. 

Mon avis : La famille, le couple, la maladie, la peur, la mort, l'individualité, l'animal de compagnie sont autant de thèmes, importants, que l'on retrouve dans ces quelques pages.
 Alors que les relations familiales ne sont pas au beau fixe, un nouveau membre entre dans le cercle. Et c'est avec les yeux de cette compagne canine que l'histoire va se dévoiler aux yeux du lecteur.
On y découvre des personnages hauts en couleur (surtout la matriarche), des situations un peu cocasses vue par cette chienne un peu enfantine mais également le combat d'un malade et de son entourage.
J'ai lu ce livre alors qu'on venait nous-même de prendre un chien. Et je dois bien vous l'avouer ce n'était pas sans quelques réticences de ma part. Je ne suis pas très animal domestique et jusque là en avait même un peu peur. Héritage familial (il y a toujours eu un chat chez mes parents mais ma Maman avait peur des chiens) ou mauvais souvenir d'enfance (le terrible chien de mes voisins), quoiqu'il en soit, mon compagnon a fini par me décider. Nous avons pris un labrador d'un an et demi, couleur sable, de taille presque adulte mais avec un comportement de grand gamin et des yeux profonds. Il m'a fallu donc m'habituer à cette nouvelle cohabitation et pour en revenir au livre, j'y ai retrouver quelques passages qui m'ont fait sourire.
Deuxième point commun entre ma vie et ce livre : la maladie. Ma Maman est décédée d'une maladie neurologique appelée SLA ou Maladie de Charcot. 20 mois d'un pseudo combat ou plutôt d'une lente descente aux enfers. D'un côté, je me dis que la vie nous a offert 20 mois pendant lesquels j'ai pris le maximum de temps libre pour être à ses côtés et auprès de mon père. D'un autre, on se dit que c'est trop court, que ce n'est rien comparé aux années qui passent. Mais on ne peut faire que ce qu'on peut dans ce genre de situation. C'est exactement ce que j'ai retrouvé dans ce livre. On lutte misérablement avec le peu d'outils que l'on a à disposition mais le plus important restera le temps.
Un récit qui a donc remué pas mal de choses en mois. Je n'ai aucune idée d'où en est mon travail de deuil, si tant est que j'ai commencé un de quelque façon que ce soit mais la lecture peut aussi  accompagner dans ces moments-là.

Je remercie l'auteur de m'avoir proposé son livre, ce fut une belle découverte.