vendredi 30 août 2013

Quand souffle le vent du nord de Daniel GLATTAUER

Le livre de poche, 30/03/2011, 352 pages.
Lu du 24 au 30 août 2013.



Un homme et une femme. Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails. Jusqu'à devenir accros. Jusqu'à ne plus pouvoir se passer l'un de l'autre, sans se rencontrer pour autant... Savoureuse et captivante, cette comédie de mœurs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux.

Mon avis : La rencontre de deux êtres est multiforme, elle est peut être hasardeuse ou provoquée, réelle ou virtuelle, volontaire ou involontaire mais elle évolue d'une façon ou d'une autre et bouleverse toujours les protagonistes. C'est cette thématique qu'explore Daniel Glattauer en version 2.0 !!! Le choix de la correspondance virtuelle est intéressant mais, à mon goût, pas assez souligné et il peut arriver qu'on perde un peu le fil de ces échanges de mail. Je trouve que l'ajout des adresses mails aurait été pertinent et que la présentation caractéristique de ce type d'envoi a été trop simplifié.
Le titre de se livre aurait pu être : S'écrire, c'est tromper ? Voici la 2ème thématique soulevée dans ce livre. Il est célibataire, elle est mariée. Ils apprennent à se connaitre et les sentiments naissent mais demeurent-ils virtuels sur le simple prétexte qu'il n'y a pas de rencontre ? La vie de couple d'Emmi est un peu particulière mais l'autorise-t-elle cependant à faire évoluer ces échanges ? Pour ma part, et ce n'est que mon avis personnel, il y a déjà tromperie car il y accoutumance, manque et besoin. Si l'on est satisfait de son couple, on ne va pas voir ailleurs, même involontairement, c'est qu'il y a déjà un souci dans le couple.
J'ai déjà eu des échanges virtuels avec des inconnu(e)s (même jamais lorsque j'étais en couple). Il est vrai que l'écran et surtout le monde caché d'internet permet une certaine liberté/libération. On peut échanger sur des sujets sans rougir de son avis, débattre sur des points sur lesquels notre entourage n'a jamais osé nous interroger... Mais il faut bien remettre les choses à leur place et séparé le virtuel du réel.





Avec ce titre, je valide la catégorie "Phénomène météorologique" du


 Et l'Autriche pour le