lundi 9 février 2015

Une photo, quelques mots #2


Sur son blog Bric à Book, Leiboona donne rdv chaque lundi pour un atelier d'écriture.

J'ai découvert ce rdv par l'intermédiaire de Sabine du blog du petit carré jaune.

Késako ?

Leiboona propose chaque mardi une photo 
et invite ses lecteurs à écrire un texte d'une quinzaine de lignes à partir de cette photo.

Voici ma 2ème participation sur une nouvelle photo très belle :



Les premiers klaxons le sortirent de ses songes comme chaque matin... Bon sang, ce qu'il détestait cette ville... trop de bruits, trop d'agitation, trop de gens, trop de tout... Mais la campagne n'était plus faite pour eux comme leur petite maison; leur chez-eux de toujours était devenu trop dangereux pour leurs vieux jours.
Alors ils avaient écouté leurs enfants et petits-enfants et s'étaient installés dans la grande ville.
C'est vrai que c'est pratique de ne pas avoir besoin de prendre la voiture pour la moindre course, d'aller flâner le long des trottoirs où les citadins se pressent toujours, de vivre à contre-temps de cette agitation quotidienne, de prendre le temps de vivre comme un pied-de-nez à cette issue fatale.
Il se redresse et entraperçoit un coin de ciel par la fenêtre... il est blanc, un ciel à neige; d'ailleurs n'est-ce pas un flocon qu'il entrevoit ?
Alors que ses articulations le supplient de rester couché, il sort du lit, enfile ses chaussons et file à la cuisine avalé son café matinal.
Il va falloir aller déneiger le trottoir pour ne pas qu'un citadin trop pressé ne chute... Il s'habille, ne trouve pas son bonnet alors attrape son parapluie. Ils n'ont pas de pelle à neige - le balai fera l'affaire - et sort affronter ces flocons qui commencent déjà à faire une belle pellicule sur le trottoir...