dimanche 19 avril 2015

La voie des âmes de Laurent SCALESE

Belfond, 19/03/2015, 624 pages
Lu du 1er au 16 avril 2015


Richard Neville est un flic français comme il en existe peu. En touchant la main d’une victime il parvient à reconstituer les derniers instants de la vie de celle-ci, et à identifier son assassin – ce qui lui vaut d’être régulièrement sollicité par les polices du monde entier. Cette fois à NY il est parti en mission accompagné de sa femme Clara... assassinée en pleine journée à Central Park. Lui, le super flic, n’a pas pu protéger l’amour de sa vie, la mère des ses enfants... Mais dès le soir du meurtre d’étranges incidents surviennent : Richard pense d’abord que Clara cherche à communiquer avec lui de l’au-delà. Jusqu’à ce qu’une femme étrange le visite pour lui proposer un marché incroyable : revenir quelques instants avant le meurtre de sa femme pour qu’il essaie de la sauver, en échange de son obéissance aveugle…

Mon avis : Habituellement, j'aime découvrir un auteur par son premier livre. Cela permet de voir l'évolution de sa plume au fur et à mesure de ses écrits.
J'avais déjà vu passer quelques titres de Laurent Scalese sur les blogs des copains et des copines. Alors lorsque Laetitia (que je remercie une nouvelle fois) a offert la possibilité de lire ce livre en échange d'une chronique, je me suis proposée.
C'est d'abord la couverture à laquelle mon regard n'a pu échappé. Si on retourne y jeter un œil après lecture (ce que je fais de plus en plus souvent), on se rend compte à quel point elle est parfaitement appropriée à l'intrigue (sans trop en dévoiler). Pour moi, la couverture d'un livre est très importante car c'est très souvent la première chose qui nous saute aux yeux lorsqu'on regarde un étal de livre. Celle-ci est superbe, les couleurs sont attirantes, la silhouette qui s'échappe intrigue et cette vue ne demande qu'à y plonger.
Et c'est justement une réelle plongée dans l'au-delà et ses mystères que vous propose Laurent Scalese. Si l'intrigue commence sur le ton d'une simple "enquête policière", la suite du livre vous emmène bien plus loin. Le don du personnage principal semble vous mettre sur la piste mais, pauvre lecteur, la plume du maître dépasse tout cela et vous embarque dans un espace-temps, littéralement vers un au-delà. 
La mort questionne, intrigue, éveille la curiosité, selon les personnes, le vécu, l'éducation même, le ressenti. Que se passe-t-il juste après ? Que devient-on ? Est-on réellement mort ? Car si personne n'en ai jamais revenu, cet évènement, cet épisode terminal nous laisse bien avec si peu de réponses.
Avec ma Maman (qui justement n'est déjà plus), si l'on nous avait donné le choix, nous aurions opté pour la résurrection. Imaginez, garder sa personnalité, son caractère mais vivre une et même plusieurs vies, à d'autres époques, dans d'autres lieux, sous plusieurs formes... Mais surtout en s'en souvenant !!! [Il faut que je vous précise que nous aurions aimé également avoir plusieurs métiers dans la seule vie que nous vivions déjà...]
Mais revenons à ce livre allègrement dégusté pendant cette première quinzaine de jours d'avril. On sent la plume multicarte de l'auteur (M. Scalese est également scénariste). Les décors sont toujours parfaitement plantés et les personnages en deviendraient presque des amis.
En voici, un extrait qui m'a particulièrement plu :

"Dans un geste d'amour filial, elle prit sa tête dans ses mains. Le père et la fille se fixèrent et échangèrent quelques paroles en yiddish, à voix basse. Deux âmes brisées qui luttaient pour ne pas s'enliser dans les sables mouvants du deuil. Même si Richard ne comprenait pas ce qu'ils disaient, leur chagrin, pudique mais sincère, lui serra le cœur et le renvoya au sien."

Une très belle découverte en somme pour un auteur que je vais suivre de plus près désormais.