mardi 25 août 2015

Une fille parfaite de Mary KUBICA

Mosaïc, 29/04/2015, 400 pages
Lu du 19 au 24 août 2015
« Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux, l’intensité de son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt. »
Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett, jeune héritière d’une des familles les plus en vue de Chicago, accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle a commis une grave erreur. Et qu’après ce soir-là rien, jamais, ne sera plus comme avant.
Avec Une fille parfaite, Mary Kubica mène un récit à trois voix fondé sur une construction incroyablement précise et ingénieuse. Sans jamais le déflorer, l’auteur confère profondeur et intensité au mystère qui entoure le kidnapping de Mia — jusqu’à la révélation finale qui fait voler en éclats les apparences et donne toute son ampleur à cette histoire bouleversante.
Vous n’oublierez pas Une fille parfaite.
Vous n’oublierez pas Mia.

Mon avis : Babelio m'a proposé de chroniquer ce livre qui a eu bien du mal à parvenir jusqu'à moi mais le voilà tout juste lu et je suis pile dans les temps pour vous faire ma chronique.
Les premiers chapitres plongent rapidement le lecteur dans le cœur de l'histoire : l'enlèvement de Mia jusqu'à son retour parmi les siens. Mais Mary Kubica a prit le parti de donner la parole à trois de ses acteurs principaux : Eve, la mère de Mia, Gabe, le policier chargé de l'enquête et Colin, le kidnappeur. Alternant entre le présent, le retour de Mia, et le passé, l'ensemble du kidnapping, nous voilà pris dans l'histoire et les pages se tournent les unes après les autres.
Mary Kubica brouille les maigres pistes du policier mais cerne de plus en plus ses personnages pour laisser apparaitre un semblant de réponse. Mais ne soyez pas trop pressé ami lecteur, il vous faudra attendre l'épilogue pour mesurer toute l'intensité de l'intrigue. Et une question, vous restera à l'esprit : à sa place, auriez-vous fait ?
Si on peut pardonner à l'auteur les quelques clichés américains qui ponctuent le récit, sa plume rattrape le tout avec l'alternance des chapitres, du passé et du présent qui donne un rythme particulièrement soutenu à l'intrigue.


Merci à Babelio et aux Editions Mozaïc de m'avoir permis de le découvrir.